Consultants, systèmes de gestion ISO, HACCP et GFSI

Votre rentabilité et votre efficacité sont notre priorité!

Consultants, systèmes de gestion ISO, HACCP et GFSI - Votre rentabilité et votre efficacité sont notre priorité!

Programme de lutte contre la vermine et les nuisibles.

Lutte contre la vermine et les nuisibles.

L’histoire du chat superviseur.

Un fabricant a répondu à un de ses visiteurs que son dispositif de lutte contre la vermine est assuré par son chat. Ahurissant, dirait quelqu’un. Le choix de cette entreprise montre qu’il était conscient du problème de vermine mais complètement ignorant des risques alimentaires qu’il faisait courir à ses clients. En effet, non seulement ce chat ne saurait lutter efficacement contre les vermines (les oiseaux par exemple), mais constitue lui-même une source de contamination.

Le chat peut être aussi source de contamination

Le chat peut être aussi source de contamination

Ainsi de nombreux fabricants d’une manière ou d’une autre, s’y prennent mal pour assurer la lutte contre la vermine et les nuisibles qui constitue un point important dans un audit du système de gestion de la sécurité alimentaire basé sur HACCP (SQF, BRC, FSC22000, CanadaGAP, IFS…) et plus généralement tout programme visant à assurer l’innocuité des aliments. Notre prochain article vous énumérera ce que l’auditeur vérifie dans votre dispositif de lutte contre les nuisibles et la vermine, lors d’un tel audit.

PROGRAMME DE MISE EN OEUVRE

A présent une revue de quelques points importants de lutte contre la vermine, auxquels l’entreprise doit veiller:

  1. Comprendre les nuisibles et la vermine définie comme tout animal, plante ou autre organisme pouvant nuire, de façon directe ou indirecte, à la santé, au fonctionnement organique ou au rendement d’un animal, d’une plante ou d’un autre organisme (par ex., rats, souris, oiseaux, reptiles, coléoptères, maladies, mauvaises herbes, etc.). Il faudrait y inclure les animaux domestiques (chiens, chats…) et donc éviter d’en avoir à l‘intérieur, à l’extérieur et dans les environs de l’établissement.
  2. Désigner un responsable et si possible une équipe de lutte contre la vermine et les nuisibles.
  3. Mettre en place un programme de lutte assurant : la méthode, sa mise en œuvre et sa mise à jour, l’utilisation des pesticides adéquats pour chaque cible dans le respect des prescriptions, les méthodes de traitement et leur élimination, les fréquences de vérifications des vermines, l’approbation des produits chimiques par l’autorité, la qualification et la formation des agents et la sensibilisation du personnel sur le programme de contrôle des pièges et appâts, les précautions à prendre, l’étiquetage et l’entreposage des produits chimiques (avec les contenants vides et les stocks), les mesures de l’efficacité des actions, les programmes de vérification, les actions correctives et les registres à jour…
    Pas pour autant un moyen de lutte contre la vermine

    Pas pour autant un moyen de lutte contre la vermine

  4. Utiliser le cas échéant le service d’une entreprise autorisée et approuvée par l’autorité locale pertinente (exemple Santé Canada). Cette entreprise doit avoir des opérateurs compétents et qualifiés, utiliser des produits chimiques approuvés, fournir un plan de gestion de la vermine comprenant une carte de site indiquant l’emplacement des appâts et trappes, assurer une gestion sécuritaire des contenants vides de produits chimiques et conserver les produits inutilisés ou désuets pour être éliminés par un fournisseur autorisé. Le prestataire doit signaler sa présence à son arrivée auprès d’un responsable autorisé, l’informer après inspection ou traitements et produire un rapport écrit des observations,  inspections et traitements appliqués.
  5. Entre autres mesures, veiller à l’évacuation sans délais des déchets et ordures à l’intérieur comme à l’extérieur du bâtiment; à avoir des portes scellées ou à fermeture automatique ainsi que des fenêtres fermées, contrôler les stockages temporaires,  les plafonds flottants et les moustiquaires. En cas de transport, éviter des résidus et des odeurs provenant des camions de l’entreprise ou des fournisseurs et capables d’attirer la vermine et les nuisibles.

Que contrôle l’auditeur sur vos installations? Ce sera le sujet de notre prochain article.

Partagez!

Si vous croyez que cet article peut être utile à un de vos amis. Partagez-le!

Recevez des offres exceptionnelles par courriel.

Inscrivez-vous à une de nos listes ISO ou HACCP, GFSI En plus de recevoir des documents utiles, vous recevrez de l'information importante environ une fois par mois.
Catégorie : Agroalimentaire, Blog

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs requis marqués avec *

*

Pour recevoir cette présentation gratuitement. Cliquez sur l'image presentation-niels-ravn-iso-9001-2015